Projets réalisés

Vous qui vivez , le court métrage réalisé par les élèves de troisième du collège R Vercel au Mans

 

Le thème de l’édition 2016-2017 du concours national de la résistance et de la déportation était la négation de l’Homme dans l’univers concentrationnaire nazi. Mme Dassa, professeure de français au collège R Vercel au Mans décide de participer au concours avec une classe de troisième. Le court-métrage intitulé « Vous qui vivez » est le résultat de ce projet fort.

 

Au préalable, avec leur professeure de français, les 28 élèves ont réalisé un travail approfondi de documentation et de réflexion. Ils ont lu des témoignages de rescapés des camps de concentration. La classe a analysé des extraits du roman de Primo Levi « Si c’est un homme » puis les élèves ont sélectionné des passages qui pouvaient être mis en scène ou lu dans le court métrage pour montrer la déshumanisation de l’Homme.  Ils ont aussi étudié des œuvres d’artistes évoquant les thèmes de la déportation, de l’extermination, de la disparition des Juifs comme le film d’A Resnais « Nuit et Brouillard », l’installation de Boltanski au grand Palais à Paris « Personne » ou encore la chorégraphie « DECA DANCE » d’O Naharin. En analysant ces œuvres, les élèves ont repéré les moyens utilisés par ces différents artistes pour traiter de la déshumanisation, de la disparition. Cette réflexion s’est poursuivie par des réalisations plastiques des élèves sur le thème de la disparition avec D Ramillon, enseignante d’arts plastiques au collège R Vercel.

 

8 séances de tournage ont suivi. Un travail théâtral et d’expression corporelle a été mis en place par V Dassa et A Chazaud, professeure de danse et chorégraphe au Mans. Les élèves, l ‘enseignante et la chorégraphe ont cherché à montrer comment les nazis ont déshumanisé les hommes, les femmes et les enfants juifs de leur arrestation jusqu’au camp. Le montage a été ensuite réalisé avec F Bigot, professeur de musique et monteur vidéo.

 

Si « Vous qui vivez » est une fiction, ce court-métrage s’inscrit fortement dans l’histoire locale de la déportation durant la seconde guerre mondiale. Après avoir utilisé le site des déportés de la Sarthe, la classe a choisi d’évoquer l’arrestation de Maurice Davy, un des quatre enfants de la famille Davy vivant à Ecommoy, déportée et exterminée. Les noms des rues évoqués à la fin du court métrage sont celles du quartier du collège R Vercel. Ils rappellent le nom de victimes du nazisme au Mans. L’affiche du court-métrage a été réalisée à partir de documents officiels français et allemands concernant des résistants et déportés entre 1940 et 1945.

 

Par la qualité de leur travail, par leur engagement, les élèves, les professeurs et intervenants perpétuent la mémoire de la déportation, de la déshumanisation, de l’extermination des déportés juifs. Ils répondent à la volonté exprimée par P Levi dans son poème liminaire et souvent cité par les élèves dans le court-métrage : « N’oubliez pas que cela fut. »