Projets réalisés

Tetris, entre Danse contemporaine,  jeu surréaliste et performance visuelle

 « Tetris », ode à la danse contemporaine et clin d’œil au jeu vidéo éponyme, a plongé les élèves dans l’univers de l’onirisme. En lien avec le programme de français « Du côté de l’imaginaire ; surréalisme », ce spectacle a permis de saisir les liens entre liberté d’expression et langage corporel. Des formes picturales de Dali aux textes poétiques d’André Breton abordés en cours de français, les élèves ont pu tisser la passerelle vers la scène et la danse. A l’origine, Tetris s’inspire du jeu vidéo dans lequel on assemble des formes géométriques de tailles diverses. Bien connu des adolescents, ce jeu associe des blocs colorés mobiles, métaphoriquement remplacés sur scène par quatre danseurs qui glissent, s’emboîtent, s’alignent, s’imbriquent, formant d’invraisemblables pyramides.

Clin d’œil à la technologie d’aujourd’hui, Tetris rappelle que, depuis la nuit des temps, c’est le jeu qui amène les gens à se rencontrer et à tisser des liens. Discuter de la danse contemporaine, exprimer son opinion, son adhésion ou son rejet, tels étaient justement les enjeux du débat souhaité par l’enseignante des deux classes concernées, après le spectacle.

 

La rencontre « bord de scène » a amené les adolescents à directement échanger avec les artistes sur l’univers de la danse et du théâtre : Nonoka Kato, Francisco Rodrigue, Valeria Vellei, Anton Zvir, tous les quatre sont de nationalités diverses (italienne, japonaise, slovaque, portugaise). Un moment riche en étonnements et admiration sur le labeur passionné du métier de danseur. Selon les dires des élèves, « c’est un spectacle qui nous parle, particulièrement à tous ceux qui n’arrivent jamais à rester tranquillement assis, qui ont envie de grimper aux murs et d’aller voir toujours plus loin… »

En prolongement de cette rencontre intimiste, chaque élève a pu exprimer ses impressions dans le cadre d’une lettre individuelle adressée au danseur de son choix. Par ailleurs, un article illustré a été rédigé par les jeunes reporters pour le journal du lycée, « le Red Hot Curie’s Paper ». De quoi donner des fourmis dans les jambes à tous les néophytes !

 

Accéder au site internet