Basilique d’Evron - Pays d’art et d’histoire Coëvrons-Mayenne

 

Basilique d’Evron

Place de la basilique

53 600 Evron

 

Service Culture / accueil basilique :

Emmanuel d’Erceville

culture@evron.fr

Téléphone : 02.43.66.85.04 

 

Horaires d’ouverture de la basilique :

visites libres :

tous les jours de 9h00 à 18h00.

visites guidées de groupes et ateliers pédagogiques : sur réservation.

 

Tarifs :

visites guidées : 2 euros 50 par élève pour un groupe de 20, forfait de 50 euros pour un groupe de 21 à 60 élèves.

ateliers pédagogiques : 3 euros 50 par élève.

 

Les professeurs chargés de mission

 

Enseignantes chargées de mission

Coordination territoriale éducation au patrimoine

Pays d’art et d’histoire Coëvrons-Mayenne

 

Dominique Martel et Elisabeth Poisson

education.patrimoine@cg53.fr

 

Permanence le jeudi

Tel : 02.43.59.96.04

 

Présentation du site 

L’église d’Evron est mentionnée pour la première fois en 642, dans le testament de Saint Hadouin, évêque du Mans. Selon la légende de l’Epine, celui-ci aurait fondé le premier monastère bénédictin, au VIIème siècle.

Centre de pèlerinage, l’abbaye est détruite lors des invasions bretonnes et normandes de la première moitié du IXème siècle.

 

La sobriété de l’art roman :

C'est entre 980 et 989, que les moines décident de bâtir une vaste église abbatiale de style roman à Evron.

  • L’église abbatiale romane, est d’abord celle des moines qui s’y réunissent pour la messe et une série de prières tout au long du jour et de la nuit : c’est l’office. Mais elle accueille aussi des reliques qui attirent un nombre important de fidèles venus en pèlerinage.

  • La vénération des reliques dicte à la fois le plan de l’édifice et les caractéristiques de son architecture : l’église est reconstruite autour d’un élément nouveau, une crypte – redécouverte en 1985 - sous ce qui sera le chœur de l’église. Cette pièce souterraine abrite les reliques et les sépultures de personnages importants.

  • Les travaux se poursuivent jusqu’au début du XIIème siècle, avec l’ajout d’une chapelle dédiée à Saint Crépin, décorée de motifs arabo-byzantins.

 

La richesse de l’art gothique :

Devenue un lieu privilégié de sépultures et le mausolée de la famille de Mayenne entre 1184 et 1208, l’abbaye d’Evron voit affluer les donations. Cet enrichissement permet aux moines de remplacer leur église romane par une église gothique au XIIIème siècle.

Les travaux débutent côté Est par la destruction des superstructures de la crypte et du chœur roman. Celui-ci est remplacé par un chœur dans le style nouveau. Les voûtes d’ogives offrent désormais la possibilité de bâtir des murs plus minces et plus hauts ; soutenus par des arcs-boutants, ils peuvent être percés de grandes baies ornées de vitraux à travers lesquelles la lumière abonde, symbole de la présence divine.

Les sculptures sont beaucoup plus abondantes que les peintures car elles n’ont pas subi les outrages du temps. Le décor sculpté se compose de chapiteaux ornés de motifs végétaux, de statues posées sur les piliers du chœur, de gisants et de bas-reliefs, comme celui « de la confession ». Les vitraux du chœur représentent la légende de fondation de l’abbaye.

C'est au cours du XIVème siècle (vers 1330), durant la guerre de Cent Ans que les travaux connaissent un coup d'arrêt. Les moines n'auront ensuite jamais les moyens d'achever la construction de leur abbatiale gothique, ce qui explique qu'elle soit aujourd'hui encore divisée en deux parties.Au 18e siècle, les moines détruisent l’abbaye médiévale et construisent un bâtiment de style néo-classique de 60 mètres de long ainsi qu’un jardin à la française.

 

L’atelier proposé aux élèves du second degré :

  • Le service culture d’Evron propose aux élèves de 5e de collège, un atelier : « l’énigme de la basilique » dont on peut retrouver le descriptif dans le catalogue pédagogique recensant les actions éducatives sur le Pays d’art et d’histoire Coëvrons-Mayenne pour l’année 2014/2015 : consulter le catalogue

  • Cet atelier, en lien avec les programmes d’histoire, de technologie et d’arts plastiques, a été conçu aves les enseignants chargés de mission. Il peut s'insérer dans le parcours d'éducation artistique et culturel. Les  démarches proposées (recherche en autonomie, mise en perspective, production) permettent en effet de conjuguer les trois piliers de l'éducation artistique et culturelle : connaissances, pratiques, rencontres. Les élèves acquièrent des repères culturels et découvrent un domaine artistique et culturel, le patrimoine.

  • Une ressource pédagogique est consultable sur le site académique pour cet atelier.

 

référence des documents : crédit photos : CG53/photo aérienne : DR