Projets réalisés

Les migrations à la carte au collège Olympe de Gouges de Sainte-Pazanne

 

 

 

Pour aboutir à la réalisation de cartes représentant le parcours imaginaire d’un migrant clandestin, les élèves des deux classes de 4ème impliquées dans le projet ont pu nourrir leur créativité de la découverte de différents lieux culturels :


- Tout d’abord, ils se sont rendus à l’exposition d’oeuvres éphémères intitulée Grafikama et présentée dans le cadre du voyage à Nantes par Pick up Production, rue des Pénitentes. Les élèves s’y sont particulièrement attardés, accompagnés de leur professeur d’arts plastiques et du médiateur, sur les oeuvres de street artistes africains abordant le thème des migrations (évoquant autant la diversité des techniques utilisées que le message contenu dans chaque production) – thème qui avait été abordé en cours de géographie auparavant.


- Ils ont ensuite réalisé un atelier aux archives de Nantes, rue d’Enfer, pour découvrir les codes de la cartographie à travers les époques. Ils ont pu étudier des cartes de la ville de Nantes allant du XVème au XXème siècle. Il leur a été demandé de les classer selon leur siècle d’apparition (en observant autant les évolutions spatiales de la métropole nantaise que les transformations apparues dans la manière de cartographier).
- Enfin, ils ont décrypté dans la cour du château l’oeuvre Promesses de Kalliopi Lemos, allégorie du voyage et des espoirs des exilés. Il s’agissait d’un bateau turc abandonné après avoir transporté des migrants vers les îles grecques et recouvert de tamata, offrandes votives fabriquées à la main déposées dans des églises orthodoxes afin de surmonter les défis du voyage incertain.
De retour en classe, ils ont complété un schéma pour concevoir le voyage d’un migrant clandestin, en ayant soin d’élaborer un scénario plausible mis en image dans le cours d’arts plastiques. Toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels n’est donc pas totalement fortuite !
Si les réalisations des élèves reprennent les codes cartographiques pour raconter l'histoire d'un migrant, les productions deviennent avant tout objets plastiques par l'utilisation de techniques hétérogènes afin de laisser libre cours à la créativité des élèves.


Hélène Douillard, chargée de missions aux archives de Nantes