DISPOSITIF POUR LE SECOND DEGRE

Dispositif national et/ou académique Cinéma

 

Atelier de pratique artistique Cinéma

 

Références institutionnelles

(Circulaire n°89 – 279 parue au B.O. du 14 septembre 1989 ; Circulaire n°90 – 312 parue au B.O. du 6 décembre 1990 ; Circulaire n°2005 – 014 parue au B.O. du 3 février 2005)

Public concerné

 

 

Les ateliers de pratique artistique sont un projet éducatif dans le domaine des arts et de la culture, et non un enseignement, se différenciant par là des EPI dont ils peuvent néanmoins approfondir et poursuivre les objectifs, enjeux et réalisations concrètes. Ils sont ouverts à tous les élèves volontaires sur temps péri-scolaire, et ne relèvent pas d’un projet de classe. Ils sont un des éléments forts du PEAC de l’élève.

Ces ateliers doivent être :

- les lieux d'une pratique critique : effective, approfondie, créative et réflexive ;

- des lieux de rencontre essentiels entre le monde de l'éducation et celui de la création, entre les enseignants et les professionnels de l'art, entre les enseignements artistiques et l'action culturelle ;

- des éléments essentiels du développement et de la diversification des activités artistiques ;

- des espaces d'innovation pédagogique et d'engagement artistique ;

- des voies de rencontre entre les établissements et leur environnement artistique et culturel.

 

 

Tous les ans les établissements qui veulent ouvrir ou renouveler un atelier artistique devront s’inscrire en ligne sur le site de la DAAC (courant janvier) puis remplir un dossier complémentaire détaillant le projet.

Ce dernier présente les objectifs artistiques, culturels et pédagogiques d’un projet annuel, lui-même inscrit dans le projet d’établissement et validé par le conseil d’administration selon la procédure en vigueur. La production (le « spectacle de fin d’année ») ne peut donc constituer la finalité unique ou essentielle du projet qui doit articuler pratique artistique et pratique culturelle (école du regard, école du spectateur...). 

 

Partenaire(s)

artistique ou culturel

 

Ce projet est construit collectivement avec les partenaires artistiques (artiste intervenant pour la pratique et/ou structure(s) culturelle(s) de proximité si possible, tels que des lieux de diffusion du spectacle vivant, des écoles d’art municipales, des écoles de musique, salles de cinéma, etc.).

L’artiste partenaire doit avoir une expérience professionnelle confirmée ne se limitant pas à une expérience de médiation en milieu scolaire. La qualité artistique du projet et la qualification de l’intervenant seront évaluées par une commission partenariale Rectorat/Drac. Au sein de la DRAC, les dossiers sont examinés par le service Éducation artistique et culturelle et par les conseillers en charge du champ artistique concerné.

 

 

Organisation

 

On privilégiera les candidatures d’équipes pour éviter que l’AA ne repose que sur l’engagement d’un seul enseignant. On veillera à offrir des espaces adaptés à chaque domaine artistique, équipés spécifiquement, et à maintenir un nombre raisonnable de participants. A l’organisation sur la pause méridienne (peu propice à la concentration nécessaire à ce type d’activités) on préférera l’organisation en fin de journée ou semaine.

Une attention particulière est portée aux établissements qui relèvent de l’éducation prioritaire et à ceux situés dans les zones rurales isolées.

 

  

Caractéristiques du dispositif

 

              

 

L’atelier artistique est cofinancé par la DRAC et le rectorat. Une commission partenariale DRAC/Rectorat examine l’ensemble des dossiers reçus dans le cadre de la procédure d’inscription en ligne.

Pour son animation, une indemnité de mission particulière (IMP Taux 3) est attribuée par la DAAC à laquelle pourra être ajoutée, par l’établissement, une IMP complémentaire. Une somme en euros permet de rétribuer l’intervenant artistique.

 

Au moment de l’inscription on trouvera sur le site de la DAAC un cahier des charges très précis pour l’atelier de pratique Cinématographique.