Projets réalisés

Alors on danse…

Les 1CAP MIS au Lieu Unique ! 


Dans le cadre d’un Parcours d’Education  Artistique et Culturel, en lien avec le chef - d’œuvre de la classe, les élèves de 1CAP MIS se sont rendus au Lieu Unique jeudi 27 mai pour assister à un spectacle de danse : DIDE. 
DIDE signifie « DEBOUT » dans la culture Yoruba au Bénin. Le chorégraphe Marcel Gbeffa et la plasticienne Sarah Trouche ont puisé dans une cérémonie béninoise appelée Gèlèdé (classée au patrimoine immatériel de l’humanité) où l’on célèbre la Femme, pour imaginer cette 
performance sur l’égalité des genres, empreinte de spiritualité. 5 hommes, 5 danseurs, issus des danses traditionnelles, du hip hop ou de la danse 
comptemporaine, sont sur scène pendant plus d’une heure pour célébrer l’esprit féminin.   


Ce fut pour tous, une respiration très appréciée après cette période sans culture ! 


Voici un florilège des réactions des élèves : 
« Nous avons trouvé le spectacle DIDE captivant parce qu’ on ne voyait pas le visage du 5ème danseur quand il est rentré sur scène... Parce qu’il y a eu de plus en plus de masques sur la scène…Parce qu’on aurait dit des têtes coupées… À cause de la rapidité des gestes…Parce que le public a applaudi assez longtemps… » 
« Nous avons trouvé le spectacle DIDE impressionnant parce que les danseurs étaient très forts… 
Parce qu’ils bougeaient bien...Quand les danseurs montent sur les masques…Quand on a marché sur la scène…Quand un danseur était par terre et qu’ il était secoué comme si son âme sortait de son corps… 
Quand un danseur ondule avec son dos… Parce qu’au début, les danseurs avaient besoin du public pour se donner du courage… » 
« Nous avons trouvé le spectacle DIDE intéressant parce que la chorégraphie était bien organisée...Parce que la scénographie était 
étrange… Quand les danseurs deviennent eux-mêmes des sculptures… » 
« Nous avons trouvé le spectacle DIDE étrange parce qu’on n’a pas l’habitude de voir des spectacles comme ça… Quand on a marché sur la 
scène, on aurait dit un rituel…Parce que nous n’avons pas bien compris le thème du spectacle. » 

A.Kita-Münch / V.Fontana.

 

1.png
2.png
3.png