Projets réalisés

L’Atelier Scientifique et Technique du collège de l’Anglée (Sainte Hermine en Vendée) Thème de l’année : Pourquoi les oignons font pleurer ?

 

Pourquoi un AST ?

 

Les recherches effectuées donnent lieu à des échanges entre les élèves et des scientifiques. Ainsi, des chimistes, des biologistes (Mme J. Roy, Mme J Pelissier, Mme M Bou ...) et des membres de plusieurs associations (M. Chaillou, M. JC Daniel, M. J Chauvet ...) ont pu apporter leur aide au cours de ces années, sans oublier Mme Valérie Cottereau de Terre des sciences qui nous apporte son soutien depuis le début de cette aventure.

 

Associant plusieurs matières (Physique, Chimie, Biologie, Géologie et Technologie, sans oublier les apports ponctuels d’autres matières telles que l’anglais, les mathématiques et évidemment le français, à travers les écrits sur le site et l’oral …), les élèves découvrent ainsi l’unité de l’enseignement.

C’est dans ces conditions que les élèves de 3 classes de cinquième se retrouvent, 2 heures par semaine (inscrites dans leur emploi du temps) en salle de science ou de technologie.

 

Année 2016/2017 :

Parmi les nombreux volontaires en fin de sixième, 16 élèves ont été choisis. Le but n’est pas de favoriser les élèves qui ont déjà des compétences en sciences mais bien au contraire, de mettre en avant ce que ce type d’enseignement peut apporter à chaque participant : prise de confiance en soi, gestion du stress lors des manipulations, acquisition de compétences en informatique et dans les différentes matières.

 

Chaque année, partant du principe « On apprend bien que ce qui répond aux questions que l’on se pose » (JJ Rousseau. Emile 1762), les élèves réalisent des recherches sur un sujet qu’ils ont choisi.

Cette année, le sujet proposé par Clémence était « Pourquoi les oignons font pleurer ? ».

 

La démarche d’investigation conduit les élèves, dans un premier temps, à proposer des hypothèses qu’ils devront vérifier par la suite. Très vite, la notion de jus ou de gaz est apparue comme évidente. Il a fallu ensuite déterminer la nature du gaz et son action sur les yeux, ainsi que la possibilité qu’il puisse exister chez d’autres plantes. Pour chaque vérification, ce sont les élèves qui proposent le protocole (quitte à se rendre compte qu’il faut l’abandonner ou l’améliorer), les professeurs devenant des assistants, présents pour leur apporter techniques, matériels ou produits. Par souci de rigueur scientifique, chaque expérience est effectuée par un binôme, permettant ainsi de la répéter 8 fois.

 

 

J’imagine que, comme de nombreuses personnes, vous voudriez bien connaître la réponse à leur question mais, comme ils le disent souvent « difficile de résumer, en deux lignes, les recherches effectuées pendant un an ! ».

 

 

Valorisation :

En associant la technologie, ce projet permet la réalisation de maquettes, illustrant et modélisant les découvertes réalisées.

Depuis 6 ans, le projet a été retenu pour la finale académique de concours scientifiques tels que « Faites de la science » et « C’ Génial » et a permis, 4 précédentes années consécutives d’accéder à la finale nationale, avec des places honorables sur le podium. C’est un moment qui reste gravé dans la mémoire des 5 représentants. Comme le dit Alexandre « Malgré le stress, le moment que j’ai le plus apprécié dans l’année, reste largement la journée à l’Université du Mans ».

Les différents projets ont été également présentés au sein d’un village des sciences lors de la Fête de la science pendant 3 jours, en octobre 2016.

Pour les élèves, c’est, à chaque fois, une année trop courte comme le confirme Maugan : « Ce que j’ai le moins apprécié cette année, c’est que cela ne dure qu’un an ».

C’est aussi une année pleine d’enseignement et nombreux affirment, à l’image de Clarisse que « l’AST m’a apporté des connaissances scientifiques et de la rigueur ».

Article de Pascal Gerbaud